Le soleil brille, le printemps est là, et avec ce temps de renouveau, une envie de voyager…
Malheureusement en ce moment il est impossible de se déplacer et compliqué de planifier un voyage. Alors en attendant des jours meilleurs, faisons un point sur les tendances du tourisme !

Mettons-nous d’accord, le mot « touriste » n’est pas un gros mot !
Un touriste est un voyageur, un visiteur, vous, moi… Nous sommes tous des touristes dès lors que nous découvrons et visitons un endroit, même à côté de chez soi !

J’adore travailler pour des sites touristiques. Ma plus grande fierté est de faire découvrir des richesses culturelles ou naturelles de façon ludique, à des personnes certes en vacances, mais toujours curieuses.

Ces dernières années, nous avons tous pu remarquer une augmentation du nombre de touristes. Les prix des vols sont devenus accessibles et même ridiculement bas parfois, les classes moyennes de pays comme l’Inde ou la Chine accèdent eux aussi aux voyages et le développement des réseaux sociaux avec leur lots de selfies, avis et conseils en tout genre ont totalement modifié l’univers du voyage, en concentrant les visiteurs dans les mêmes endroits.

Si l’industrie du tourisme en a profité, on subit aujourd’hui les effets du tourisme de masse, de manière plus ou moins importante selon les régions. Nous arrivons à des saturations d’espace, et c’est l’environnement, la vie locale et les lieux touristiques eux-mêmes qui en pâtissent.

Une autre conséquence de ce « sur-tourisme » est l’émergence d’une véritable tourismophobie de la part des locaux. On peut les comprendre, mais il ne faut pas systématiquement mettre cette exaspération sur le dos des touristes. Il ne faut pas croire que c’est agréable pour un vacancier ou pour une famille de passer 3/4h à trouver une place de parking et d’attendre autant de temps pour entrer sur un site sans pouvoir en profiter pleinement car il y a trop de monde !

Il est devenu urgent de concilier économie touristique, demande des touristes, vie locale et préservation de l’environnement.

Il faut calmer le tourisme de masse tout en s’adaptant aux besoins des touristes. C’est un gros travail de fond qui repose sur les acteurs du tourisme mais aussi sur les touristes eux-mêmes qui doivent accepter de changer leur façon de voyager.

Et vous quel touriste êtes-vous ? Aventurier, adepte du farniente, en recherche de découvertes, de nouvelles cultures, préoccupé par la question environnementale ?

Selon une étude de Booking, 54% des touristes souhaiteraient participer à faire baisser le tourisme de masse, et 8% voudraient voyager de façon plus responsable !

Quelles sont les quêtes principales des voyageurs ?

La déconnection

On veut couper de notre quotidien, de notre milieu et côtoyer de nouvelles cultures.

Le Zéro risque

On veut voyager simplement, sans risques. On évitera donc d’aller dans les zones tendues.

w

Les recommandations

On fait davantage confiance aux avis d’autres visiteurs qu’aux conseils des pros du tourisme.

La recherche d’expérience

Grande tendance depuis quelques années, on veut vivre des expériences, participer à des activités intenses ou faire des choses simples mais qui sortent du quotidien : cours de cuisine, randonnée etc.

Le Slow-Tourisme

On recherche la détente, le bien-être, la reconnexion avec la nature, ou encore des séjours détox, d’une part pour rompre avec l’agitation du quotidien, et d’autre part pour se recentrer sur soi-même et prendre soin de soi.

La préservation de l’environnement

Nouvelle tendance touristique qui semble s’ancrer, nous cherchons à pratiquer un tourisme éco-responsable, en mettant en application sa prise de conscience environnementale.

Un point commun entre toutes ces tendances est  » L’AUTHENTICITE «  : on cherche avant tout des expériences authentiques, humanisées, avec des contacts et des échanges sincères.

Les prédictions des pros du tourisme

L

Augmentation du nombre de touristes

Les voyages sont de plus en plus accessibles, notamment pour les classes moyennes de pays émergeants tels que la Chine et l’Inde : on estime un doublement des dépenses de la classe moyenne de 2015 à 2030. Il faudra alors prendre en compte leurs besoins.

Vieillissement de la population

Cela entrainera une diminution de la main d’œuvre, mais aussi un accroissement de touristes âgés. Ils seront plus enclins à consommer mais il faudra tenir compte de leur mobilité plus réduite et de leurs besoins spécifiques.

N

Arrivée des nouvelles générations

Elles seront la majorité des touristes en 2040. Ils seront à la recherche de voyages plus authentiques, personnalisés et écologiques. Le tourisme balnéaire et la visite de sites pourraient fortement diminuer. Les voyages courts et pas chers seront privilégiés.

Le développement durable

Le tourisme devra s’adapter. Outre les émissions de gaz à effet de serre qu’il génère, les phénomènes météorologiques extrêmes frappent de plus plus de régions touristiques, et le « sur-tourisme » a déjà des conséquences désastreuses sur le plan environnemental, économique, social et culturel.

L'hyper-connectivité

Les voyageurs planifient leurs voyages eux-mêmes en fonction de leurs recherches web. Une fois sur place, ils cherchent à accéder aux informations en temps réel, le tout sans intermédiaire.
C’est une tendance forte, au même titre que la personnalisation et la simplicité.

10/2019 : Inauguration du plus grand aéroport du monde à Pékin

En 1995, 4,5 millions de chinois se sont rendus à l’étranger. Ils ont dépassé les 150 millions en 2018 !

A l’horizon 2030, l’Institut de recherche sur le tourisme en Chine estime qu’ils seront 400 millions de touristes.

Tourisme au Pays Basque

Au Pays Basque, le tourisme est également en plein changement.
L’été, la côte basque est saturée. L’intérieur du Pays Basque échappe encore au tourisme de masse, mais la montagne attire de plus en plus, et il existe trop peu d’infrastructures permettant d’accueillir les visiteurs.

Comme ailleurs, la saison commence à s’étaler hors Juillet / Août. Les séjours sont de plus en plus courts, les demandes d’activités et de circuits de quelques heures augmentent.

Les touristes sont très souvent connectés, ils cherchent des activités et loisirs qui leur correspondent et qui ont déjà été testés et approuvés par d’autres visiteurs. Les offices de tourisme qui endossaient le rôle de conseil jusque là sont donc moins sollicités. Eux aussi doivent évoluer vers un nouveau modèle.

L’Office de Tourisme Pays Basque

Au Pays Basque, l’Office de Tourisme Pays Basque couvre 152 communes. Elle est actuellement présidée par Nicolas Martin et a pour objectif de s’adapter et de rééquilibrer l’offre touristique au Pays Basque. Ses intentions :

  • Désengorger la côte basque et mettre en avant l’ensemble du territoire ;
  • Etendre l’offre touristique sur le hors saison ;
  • Mettre en avant les atouts caractéristiques du Pays Basque : la gastronomie, le patrimoine, la culture, la langue basque… ;
  • Développer les activités liées à la montagne ;
  • Permettre aux touristes d’utiliser la monnaie locale (l’Eusko) facilement.

Les intentions sont louables et il faut bien évidemment les amorcer.
Mais il faudra toujours veiller à garder un équilibre entre tourisme et respect de la vie et culture locale. Equilibre difficile à trouver, il me semble, au vu des retombées économiques que peut amener l’exploitation touristique de notre patrimoine culturel, naturel et historique.

EUSKAL PASS :

L’Office de Tourisme Pays Basque à développé une sorte de « City Pass Pays Basque », un pass touristique incitant à l’itinérance et à la découverte de l’ensemble du territoire, de la côte basque au fin fond de la Soule, à travers des sites naturels, culturels et patrimoniaux majeurs.

La crise sanitaire actuelle a-t-elle un impact ?

Avec la crise actuelle que nous traversons, c’est toute la filière tourisme qui est touchée et qui va être en grande difficulté pendant une longue période. Je pense que nous n’imaginons pas à quel point notre économie dépend du tourisme.
Cependant, n’oublions pas que nous avons tous un rôle à jouer, le tourisme peut changer grâce aux touristes, il ne faut pas l’oublier !

Soyons solidaires et responsables, nous avons la chance de vivre dans un pays aux mille facettes, riche en patrimoines naturels, historiques et culturels. Nos régions sont tellement différentes, que peu de monde peut se targuer de bien connaitre la France.

Et vous, quelle région voudriez-vous découvrir ? Quel voyageur voulez-vous être ?

Je vous remercie d’avoir lu mon article jusqu’au bout !
J’espère que vous vous êtes retrouvés dans cet article, et que vous ça vous donnera à réfléchir sur votre prochaine destination de vacances, et sur votre façon de l’appréhender !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.